Yves Saint Laurent : Le choc des couleurs
Rencontre avec Michel Pastoureau

à

"C’est alors que je suis devenu plus sensible à la lumière et aux couleurs, que j’ai remarqué surtout la lumière sur les couleurs […], à chaque coin de rue à Marrakech, on croise des groupes impressionnants d’intensité, de relief, des hommes et des femmes où se mêlent les caftans roses, bleus, verts, violets." Yves Saint Laurent 

Si Yves Saint Laurent est célèbre pour son utilisation du noir, symbole de pouvoir et d’élégance incarné par le smoking, la couleur demeure au cœur de sa démarche créative. Dès son enfance, dans ses dessins de théâtre, et plus tard dans ses collections, avec par exemple les robes Mondrian, la couleur s’impose comme la matière première de certaines tenues. 

Avec la découverte du Maroc en 1966, et plus particulièrement de Marrakech, les couleurs explosent et se révèlent à travers des associations jusqu’alors inexplorées. Les roses, les rouges, les orangés, se multiplient, s’entrechoquent, se marient. Les bleus deviennent « durs, denses, nocturnes parfois pétroléens, presque froids, bref, des bleus Saint Laurent, qui resteront sans doute la couleur emblématique du grand couturier », notait déjà Michel Pastoureau en 1993.

Pour Pierre Bergé, Yves Saint Laurent doit ses audaces au Maroc, « à la violence des accords, à l’insolence des mélanges, à l’ardeur des inventions ». Et tandis que la lumière crue du soleil marocain ravive les sensations de son enfance oranaise, une véritable symphonie de couleurs s’offre à lui dans le Jardin Majorelle.

Michel Pastoureau

Michel Pastoureau est professeur émérite à la Sorbonne et à l’École Pratique des Hautes Études où il est titulaire de la chaire d’Histoire de la symbolique occidentale.

Historien médiéviste français, spécialiste de la symbolique des couleurs, des emblèmes et de l'héraldique, il a publié une quarantaine d'ouvrages consacrés à l'histoire des couleurs, des animaux et des symboles.